Tourisme en voiture en Europe centrale

republique-tcheque

Petit pays d’Europe centrale, la République tchèque regorge de curiosités que nous avons découvertes au volant d’un Honda CR-V louée.

Tous les Parisiens vous le diront: la capitale française est une ville magnifique. Mais seuls les plus hon¬nêtes d’entre eux avoueront que c’est une ville sale, bruyante et où circuler en voiture est devenu un enfer, En cela, Prague (1.2 million d’habitants) ne ressemble pas à Paris. Si les touristes ayant visité les deux capitales surnomment celle de la République tchèque le “petit Paris’’, c’est davantage pour sa beauté, Car les automobilistes n’ont pas une main rivée sur le klaxon, tes pié¬tons peuvent emprunter les pas¬sages cloutés sans se faire rouler sur les pieds, c’est propre et on y circule sans perdre un temps fou dans les embouteillages. De la taille d’un grand arrondissement de Paris, le centre historique de Prague se visite généralement à pied. C’est vrai que se balader dans le Mala Strana {Petit Côté) et emprunter le fameux Karluv Most (pont Charles), qui enjambe la rivière Vltava et dont les parapets sont ornés de statues à l’effigie de saints, plonge en plein romantisme. Sauf quand Didier, photographe aux mensurations remarquables (jugez plutôt: 1,80 m, 100 kg de muscle… ou presque) m’ordonne de placer notre SUV japonais ratiquement sur le pont pour la photo, La police, bien que très conciliante, stoppe net notre aventure mais nous autorise tout de même à utiliser une partie de la rue qui mène au pont Charles, elle aussi transformée en voie piétonne. Mais une voiture de couleur orange, garée dans une rue où personne n’a le droit de rouler et immatriculée en Grande-Bretagne sucite la curiosité. Des touristes anglais viennent nous questionner sur ce CR-V qu’ils considèrent comme une voiture “de chez eux” car construite à Swindon, près de Bristol.


Recherchez une location de voiture

Les flashs surprennent certains badauds ou, au contraire, ne perturbent pas la visite d’autres qui se retrouvent du coup en ombre chinoise sur la carrosserie. Bref, impossible de faire un cliché correct dans ces condi-tions. Selon Didier: fin de chantier! Je peux enfin flâner dans les rues de Prague, certes toujours escorté de mon armoire à glace, et approfondir la visite du Petit Côté, fondé en 1257 sous le château de Prague et qui n’a pratiquement plus subi de modifications depuis la fin du XVIII » siècle. En passant de l’autre côté de la Vltava par le pont Charles, on tombe dans la vieille ville. Le soir, en arpentant les nombreuses rues piétonnes, on découvre des bars ouverts tard dans la nuit où l’on peut croiser des filles splendides. Ce n’est pas une légende, les Tchèques sont vraiment jolies. Et les bières nationales, dont la plus connue est la Pilsner Urquell, sont savou¬reuses et vraiment pas chères (30 couronnes, soit environ 1,10 €). D’ailleurs, la République tchèque tient à sa devise et refuse encore la monnaie européenne, ce qui lui a permis de ne pas subir la crise monétaire que les pays de la zone euro ont connue.

republique-tcheque2

Cap au Sud-Est le lendemain en direction de Brno et son célèbre circuit sur lequel l’espagnol Marc Marquez a remporté le Grand Prix moto au guidon de sa Honda. Le clin d’œil s’imposait. Les 200 kilomètres d’autoroute É50 qui séparent la capitale tchèque de Brno, une ville étudiante de 370000 habitants, s’effectuent sans encombres à une bonne vitesse moyenne. Conduire en République tchèque donne l’impression de se déplacer en Allemagne. On y roule vite malgré les limitations et en respectant les autres. Les paysages n’ayant rien d’extraordinaire, on prend le temps, du coup, d’apprécier l’excellent confort de suspension, le silence de fonction¬nement et la douceur de la boîte automatique de notre CR-V 2,2 i-DTEC loué sur www.loueurdevoiture.fr, Déserte pendant l’été, Brno ne nous laissera pas un souvenir impérissable. En revanche, à quelques encablures de là. à 20 kilomètres à l’Est de Brno exacte¬ment, un mémorial rappelle l’une des plus grandes vic¬toires françaises, Le 2 décembre 1805, dans une petite cité morave qui s’appelait à l’époque Austerlitz: Napoléon Ie » et ses 73000 soldats ont vaincu les 90000 hommes du tsar Alexandre lsr et de François 1“ d’Autriche. Aujourd’hui, Austerlitz s’appelle Slavkov et on y trouve, près du lieu de la bataille, un monument commémoratif, un petit musée et une échoppe où l’on peut acheter des figurines de Napo¬léon I » sous toutes ses formes, Avis aux amateurs.
Après cette halte chargée d’histoire, nous nous dirigeons vers Cesky Krumlov, cité médiévale de la Bohême méridio¬nale inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco et située à quelques kilomètres à peine de la frontière autrichienne. Les petites routes qui mènent à ce joyau d’architecture aux 250 monuments et édifices classés changent de la mono¬tonie de l’autoroute, Accrochée sur deux collines s’élevant dans deux boucles de la Vltava, Cesky Krumlov se visite à pied par de splendides petites rues pavées bordées de nombreux magasins de souvenirs. La sympathie et le sens du service des Tchèques, qui semblent avoir signé un pacte de “non-agression envers tes touristes », pourtant très nom¬breux, rendent la visite encore plus exquise. Ayant connu son essor sous le règne des seigneurs de Rozmberk au XIV8 siècle, Cesky Krumlov était alors au point d’intersec¬tion des routes vers l’intérieur de la Bohême et les vallées du Danube, tant du côté autri¬chien que bavarois. Cette cité de 15000 habitants vit aujourd’hui prin¬cipalement du tourisme mais aussi de ses activités liées aux sports de rivière comme le canoë ou le kayak pratiqués par de nombreux jeunes pendant les vacances d’été.

La République tchèque ne se résume pas à quelques villes pleines de charme ou à un mythique circuit qui accueille le WTCC ou le GP moto, La nature y a un vrai droit de cité que nous n’allons pas tarder à découvrir. L’avantage d’un petit pays (78 900 km2 alors que la France compte 550 000 km2), c’est qu’on le traverse de part en part en moins de trois heures. Nous quittons donc les abords de la frontière autrichienne pour nous retrouver en moins de quatre heures (280 km) à l’extrême Nord du pays dans la région de Decîn, située à moins de 75 kilomètres de Dresde, en Allemagne.
republique-tcheque3 On peut se demander pourquoi nous avons traversé un pays entier en moins d’une demi-journée? La réponse est simple, La Bohême du Nord cache un trésor peu connu des nombreux
touristes qui se cantonnent généralement a Prague. Au cœur de la Suisse tchèque, au milieu d’un parc naturel du même nom, trône la porte de Pravcice, la plus grande porte rocheuse naturelle d’Europe. Mais y accéder se mérite. Après une dizaine de kilomètres sur une route tortueuse au milieu d’arbres centenaires, nous devons abandonner notre CR-V pour grimper à pied vers ce site exceptionnel. Avec notre équi¬pement de citadins, nous marchons une heure trente, soit un effort remarquable avec mal aux pieds et souffle court, mais le spectacle éton¬nant vaut bien l’épreuve : une arche de grès haute de 21 mètres et dont la largeur atteint 27 mètres en son point le plus large. La nature surprend toujours. L’homme également. A site exceptionnel, construction ad hoc.
En 1826, voyant le flux de curieux s’aventurer vers l’arche devenue célèbre, un cottage en bois fut bâti puis remplacé en 1881 par un château construit par la riche famille princière austro-hongroise Ciary-Aldringen, qui l’utilisait pour rece¬voir des invités de marque. Nous ne devions pas en être car les portes étaient closes. Demi-tour donc et à nouveau une heure trente de marche pour retrouver notre fidèle destrier qui nous mènera à l’aéroport de Prague où nous nous envo¬lerons pour Paris, ses bouchons, sa propreté douteuse et sa circulation dantesque. On a bien fait de prendre un bon bol d’air avant le vol.

Leave A Comment

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box