Comment voyager avec une oeuvre d’art ?

magda

Le professeur

Française d’origine polonaise, Magda Danysz (37ans) est à la tête de deux galeries. L’une à Paris, rue Amelot, l’autre à Shangai. Outre le street art, elle défend les arts numériques et la veine pop surréaliste. Parmi les artistes qu’elle représente : Shepard Fairey (celui qui a immortalisé Barak Obama lors de sa première campagne présidentielle), JR, Fred Eerdekens, Erwin Olaf, ainsi que de nombreux artistes chonois. Avec ses deux galeries, elle partage son temps entre Shangai (une semaine à dix jours par mois) et Paris (environ dix jours pas mois). Le reste de son temps, elle vol entre New York, Los Angeles, Tokyo, Londres, Genève, Lisbonne, Hong KonG…

Avant le départ

Il n’est pas rare que Magda soit obligée de voyager avec une œuvre d’art car il arrive souvent qu’un artiste livre son travail en retard.

Les formalités

Un galeriste n’est pas exempté des formalités de douane. Il faut donc toujours voyager avec une facture de l’œuvre, indispensable en cas de contrôle, qui justifie à la fois de sa propriété et de sa valeur,
emballage

L’emballage

Il ne doit pas être négligé car les contingences peuvent être rudes en déplacement. Il faut protéger l’œuvre de la pluie et des coups éventuels.
Avec des gants en coton blanc r emballez- la avec du papier de soie, afin de ne pas la rayer, puis avec du papier bulles en mettant les bulles vers l’extérieur*
Renforcez les coins et serrez bien fort, même si tout doit rester aisément ouvrable, en cas de contrôle des douanes.

Le bagage à main

L’objet est alors prêt à être placé dans son bagage à main {ici une valise Roncato), de préférence au milieu pour plus de précaution.
Le reste de la valise est ordonné au millimètre en cinq minutes chrono. Au fond : les paires de chaussures à talons (au moins quatre) et des vestes Yves Saint Laurent fétiches. Parmi elles, une veste de smoking noire, une plus longue et plus passe partout et une militaire avec plein de poches, pratique pour mettre téléphones et passeport, clous et vis lors d’un accrochage. Au dessus : une robe habillée, un corset Hubert Barrère pour garder un maintien après une longue journée d’accrochage et de vernissage, des gants de scooter, une minaudière pour sortir avec juste ce qu’il faut, une ceinture vintage Yves Saint Laurent, ses cartes de visite et ses chargeurs d’ordinateur et de téléphone. Dans la poche intercalaire : une trousse de toilette comprenant un flacon de parfum. Opium d’Yves Saint Laurent, un peu de maquillage et une pommade au calendula.

Avant le vol

Pour 1imiter la fatigue due au décalage horaire, Magda a une technique. « Il faut s’isoler du monde extérieur, ne pas sentir, ne pas voir, ne pas entendre ».
Elle met aussi à profit les judicieux conseils de ses collectionneurs et amis comme, « prendre un bon repas avec un verre de vin avant de se rendre à 1’aéroport, pour être en phase de digestion en début de vol ».

En vol

Autres habitudes qui font sourire les autres passagers mais dont elle ne peut plus se passer : emporter son oreiller personnel pour se sentir un peu chez elle, et vaporiser des huiles essentielles Clim Arôme autour de son siège.

Leave A Comment

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box