Comment organiser un tour du monde ?

Parcourir le globe n’est plus l’apanage d’aventuriers téméraires.

tour-du-monde

Aujourd’hui le tour du monde se démocratise et ne relève plus du rêve inaccessible. Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Envie de barouder par-dela les océans, de tout plaquer pour rencontrer d’autres cultures et in fine mieux se connaître soi-même ? suivez le guide !

Préparer son tour du monde 4 étapes

1.    Organiser son tour du monde en solo ou via un pro ?

Des tours du inonde îl y en a autant que d’envies : en voiture électrique, à vélo, à pieds, en auto-stop, en fauteuil roulant, en bateau, en train, tout est possible J Voici les trois moyens canoniques pour organiser son voyage.

S’adresser à des voyagistes : plusieurs « Voyages autour du monde » sont proposés par des tour-opérateurs avec des packages intéressants mais rarement flexibles sur les dates, le choix des pays ou celui des hôtels. Par contre, on trouve des formules à partir de 2 000 euros, un tarif très abordable. Le mieux est de soumettre sa liste de pays à visiter et de comparer les tarifs proposés par les agences. Certains professionnels tels que Voyageurs du Monde proposent des périples à la carte incluant es vols et les hébergements. Les destinations qui trustent e haut du podium n’en restent pas moins New York, le continent asiatique, le Pérou, la Polynésie ou encore l’Australie.

Réserver ses billets individuellement : c’est l’idéal pour créer son itinéraire à sa guîse et acheter ses billets au gré de ses déplacements. Les comparateurs de vols seront vos meilleurs alliés. Pour réduire les frais, empruntez les liaisons les plus fréquentées et évitez les périodes de vacances scolaires et de grandes fêtes nationales et traditionnelles. Mieux vaut toutefois maîtriser l’anglais lorsque vous devrez par exemple réserver des vols intérieurs dans certains pays, liaisons parfois non prises en charge par les sites français.

Opter pour le « billet tour du monde » : proposé par toutes les grandes compagnies, îl comprend des allers simples, valables un an, tous transmis avant le départ. C’est l’option la plus avantageuse économiquement. Les trois grandes alliances de compagnies aériennes la programment : Star Alliance et Skyteam, chez qui le prix dépend du nombre de miles parcourus, One World présente deux tarifications, la première en fonction du nombre de continents traversés, la deuxième en fonction du nombre de miles parcourus.

Le bon plan : passer par Londres avec l’agence anglaise Travel Nation qui s’est taillée une belle réputation grâce à ses prix concurrentiels.

2.    Quel buget prévoîr ?

Le budget d’un tour du monde variera en fonction de votre façon de voyager (hôtels de luxe ou standard, logement chez l’habitant), du nombre de voyageurs, des pays traversés et de la durée du voyage. Chez les tour-opérateurs, les prix oscillent entre 2 000 et 40 000 euros, voire plus J En moyenne, un tour du monde dure 24 jours et beaucoup plus pour les plus chanceux. Attention donc à ne pas sous-estimer les dépenses et à anticiper les extras sous peine de devoir rentrer plus tôt !

Le bon plan : financer son voyage en contactant des sponsors ou en faisant des appels aux dons sur son blog. Ce journal intime online est devenu le passage obligé des globe-trotters enclins à partager leur expérience. Vous pouvez aussi travailler sur place lors de vos voyages.

3.    Les précautions à prendre avant de partir

Il est recommandé de faire les vaccins correspondant aux zones visitées. Consultez votre médecin traitant et n’oubliez pas que certains sont remboursés par 1a Sécurité sociale. Les essentiels à retenir : prévoir une trousse de secours, faire des photocopies de toutes vos pièces d’identité, et comme toujours à l’étranger, attention aux vols et aux signes extérieurs de richesse. Quant aux visas, en général ils ne sont pas valables plus de trois mois dans le même pays. Consultez les sites des ambassades et des consulats des pays programmés.

Le bon plan : apprendre quelques mots dans la langue des pays visités pour favoriser les échanges et le soutien des populations locales.Le bon plan : apprendre quelques mots dans la langue des pays visités pour favoriser les échanges et le soutien des populations locales.

4.    Attention au retour

Le Voyage-blues que peut procurer le retour au quotidien est parfois mal vécu par les gbbe4rotters, hantés par leurs souvenirs et les émotions propres au voyage. Ils n’ont souvent qu’une envie : repartir I Beaucoup se consolent en s’investissant dans l’humanitaire ou en créant des associations pour aider les populations rencontrées lors de leurs aventures touristiques.

 

Leave A Comment

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box